Category Archives: NDP

Independent Jewish Voices Canada condemns NDP removal of federal candidate for tweets criticizing Israel

Gaza-teargas-ap-img

The federal New Democratic Party has removed noted Halifax activist Rana Zaman from the party’s candidacy in the Dartmouth-Cole Harbour riding, which she won on May 1 by a vote of party members. The ostensible reason for her removal is several tweets that Zaman made in August 2018 when Israeli forces were shooting thousands of unarmed Gazans during the “Great March of Return.”

Although Ms. Zaman’s tweets did contain comparisons to the Holocaust that Independent Jewish Voices Canada does not condone, her statement of apology, sent within less than 24 hours, acknowledged the inappropriateness of those comparisons and showed her commitment to learning from her Jewish allies.

Continue reading Independent Jewish Voices Canada condemns NDP removal of federal candidate for tweets criticizing Israel

NB NDP told to “turn out the lights”

nbndp1

by Chris Wannamaker

The New Brunswick NDP announced it will extend its efforts to attract candidates for the position of leader, after the original deadline to apply passed on July 24.

Three people expressed an interest, but none were approved by the party executive to run for the office.

Even so, party executive remains optimistic that a suitable individual can be found.

“The NDP is now in a position to actively recruit talented individuals for the role,” said Cyprien Okana, NB NDP president in a news release.

Former leader Jennifer Mackenzie resigned after she realized she could not avoid a leadership review in February. Under her leadership, the NDP lost the 2018 provincial election, gaining just five percent of the vote. MacKenzie declared she was a socialist and that she was in favour of nationalization in some cases, but did not elaborate publicly what she meant.

Continue reading NB NDP told to “turn out the lights”

Singh drifts left, Horwath treads water

by Barry W.

The convention was on Andrea Horwath’s home turf, but Jagmeet Singh stole the show.  The federal New Democratic Party leader grabbed national headlines when he spoke to Ontario NDP delegates about his New Deal for People.  It seeks to expand public health care to include universal pharma care by 2020, followed by free dental, vision, hearing, mental health services, long term home care and addictions treatment.  He proposes to pay for it by upping the federal corporate income tax from 15 to 18 per cent, and by creating a new, 1 per cent tax on people whose net worth is more than $20 million.  In a break from Tom Mulcair’s no-deficit, soft-austerity 2015 campaign, Singh vowed to fund green programs and infrastructure through a new $3 billion “climate bank”, to push to retrofit all buildings by 2050 (in the process creating 300,00 new jobs), and to build 500,000 new affordable housing units within a decade.

Continue reading Singh drifts left, Horwath treads water

Will Jagmeet Singh’s campaign in Burnaby South save the NDP?

by Gary Porter

Jagmeet Singh, elected Federal Leader of the NDP on October 1, 2017, will run in the anticipated Burnaby South by-election for a seat in Parliament. This could be a tremendous opportunity for Singh, the NDP and the working class across Canada. The election will focus, in part, on the critical shortage of affordable housing and on the Trans Mountain pipeline extension.

After much hesitation, Singh now opposes the twinning of the Trans Mountain pipeline from Alberta to the Pacific coast through Greater Vancouver. The line would threaten ocean species with the inevitable leakages and spills of heavy, filthy bitumen. Bitumen sinks to the ocean floor; it cannot be cleaned up and leeches out toxins for years.
Singh publicly advocates free universal pharma care, dental care, eye-care and free post-secondary education. Such provisions are already common in the state medicare services of nations much poorer than Canada.

To finance it, Singh says: “One of the massive ways we can afford that is tackling the offshore tax havens that exist. Our current government doesn’t have the will, the conviction or the courage to do anything about it.”

He is correct of course, but the real problem isn’t merely finding where capitalists hide their profits. It is the profit system itself, a system that must be replaced by social ownership and workers’ democratic control.

Singh states that he is not necessarily opposed to government deficits. That is a step past Tom Mulcair’s dogged loyalty to a balanced budget in the 2015 federal election – when the NDP lost over half its seats.

But Singh does not challenge capitalism, nor the imperialist foreign policy that flows from it. He does not mention, let alone advocate socialism. In that respect he is even more timid than Democratic Party loyalist Bernie Sanders in the USA.
Singh, to many, seems more style and less policy. Since the leadership race, party support has fallen. The NDP has had difficulty raising funds and has failed terribly in by-elections. Not a single NDP federal candidate has been elected. Why? It is simply because Singh has advocated modest reforms to a system based on capitalist profit, not human need.

If Singh took a clear stand against the austerity policies of the capitalist parties, if he advocated a policy of building tens of thousands of publicly owned, affordable homes for workers and the poor, if he made a strong defense of workers’ and union rights, and pushed unambiguously to expand medicare to include pharma care and dental care, and campaigned to enact free post secondary education in his first term as Prime Minister, millions of Canadians would listen.

If he mobilized workers and the poor in Canada and demanded much steeper progressive income taxes, including a maximum income above which taxes would be 100%, in addition to shutting down tax shelters and imposing harsh sentences for tax evasion by the rich, millions of would cheer.

It is time for the NDP leadership to break with Canadian imperialism and start fighting for the exploited and oppressed of the world. If Singh began a massive social media campaign to expose the lies of the Israeli state and its imperialist allies in Ottawa and Washington, if he explained clearly why he supported the rights of Palestinians against apartheid Israel and stood up for the people of Venezuela and Syria under attack, millions would begin to grasp the nature of Canadian imperialism.
If he advocated getting Canada out of NATO, and ending the sale of arms to the Saudis and the Israeli state and to the Ukrainian far-right government he could distinguish himself indelibly from Liberal Prime Minister Justin Trudeau and Conservative leader Andrew Scheer.

To be credible on the environment, he must distance himself from British Columbia NDP Premier John Horgan on the massive Site C power dam. It is being built to support a fracking industry. Singh should advocate nationalization of the oil and gas business in order to wind it down and to build in its place a massive, publicly-owned green energy industry.

He has said little in defense of workers in Canada, the United States and Mexico as the ruling classes heat up their trade war. When he has spoken, it has been to support the interests of Canadian capitalists in the fight with American capitalists. The NDP should be defending the interests of workers across the continent.

He has said virtually nothing in defense of workers and the poor in Ontario faced with the barrage of cutbacks and attacks on their living standards by the savagely right-wing Doug Ford provincial Tory government.

Burnaby South is currently an NDP seat. It is the scene of one of the major environment battles in Canada. It is a seat with many resident unionized workers. The NDP will not get a better chance to prove its worth.

Now is the time for Singh and the party leadership to face up to reality. Their utter failure to deal with most of the real problems facing workers and the poor in Canada is leading to a stunning, demoralizing decline in party fortunes.

This is a golden opportunity to take up the Socialist Caucus program and move sharply to the left. Now is the time for rank and file NDP members to demand a sharp left turn. In Burnaby, Vote NDP, and fight for a socialist policies.

Les hauts dirigeants du NPD n’ont pu bâillonner les délégués au congrès

Par Barry Weisleder

(Traduction libre de l’anglais)

Le congrès à Ottawa, du 16 au 18 février, ne marquait pas uniquement l’occasion de lancer Jagmeet Singh en tant que nouveau chef du Nouveau Parti Démocratique travailliste. Ce fut aussi une tentative, pas entièrement réussie, d’établir son contrôle sur l’appareil du parti et d’imposer un message politique timoré. À cet égard, ce fut un effort de promotion hautement centralisé, à la Jack Layton, conçu pour éviter la controverse et ainsi, restreindre le débat constructif.

D’abord, la direction du parti relégua au bas de la liste des priorités les motions progressistes, endossées par des douzaines d’associations de circonscriptions locales du NPD, qui portaient sur des enjeux tels que la démocratie, le Moyen-Orient, l’OTAN, l’ALÉNA, les nouveaux oléoducs, l’élimination des droits de scolarité postsecondaires, la propriété publique, la progressivité du régime fiscal, etc. Ainsi, on voulait s’assurer que ces motions ne furent pas soumises à vote au congrès. Des ateliers préliminaires, qui se sont déroulés tôt vendredi matin, ayant pour but de considérer des amendements à la liste de priorités déterminée par la bureaucratie du parti, furent dominés par l’aile droite et entravés par de nombreux obstacles procéduraux.

Néanmoins, des arguments contestataires et pointés furent avancés, et les membres de la base, comptant des centaines de jeunes et de nouveaux délégués, réussirent à effectuer des percées. Voilà qui s’annonçait l’élan du futur.

Durant le panel sur les politiques d’affaires extérieures, alors que plus de 400 personnes bondaient la salle, une motion visant à prioriser une version atténuée de la résolution proposant le boycottage, le désinvestissement et les sanctions (BDS) envers Israël fut débattue. Elle échoua par seulement 11 votes. Lors d’autres panels, les délégués ont lutté ardemment pour des motions promouvant des politiques de scolarité gratuite et la consultation par internet des membres du NPD sur les priorités politiques, ce qui a porté ses fruits.

Nombre des 1 751 délégués enregistrés au congrès ont exprimé leur désarroi devant l’obstructionnisme qui se dressait dans les parages. On eut recours à une série de motions d’ordres et d’arguments procéduraux afin de court-circuiter les résolutions établies en sessions plénières. Les supporteurs du Caucus Socialiste ont évité de telles tactiques, à une seule exception significative.

Nous avons contesté l’intimidation flagrante et les tactiques dominatrices employées par les sbires de Jagmeet (qui tentèrent de saisir contrôle de tous les microphones, pour et contre, et de museler les voix pour la Palestine lors du débat, samedi soir, sur les affaires mondiales), et nous avons été plutôt fructueux.

De ce fait, le cas de la prisonnière politique palestinienne Ahed Tamimi, âgée de 17 ans, emprisonnée par Israël pour avoir « embarrasser l’Occupation », fut rapporté à la télévision nationale. La couverture médiatique porta sur un groupe de délégués, plus d’une centaine en nombre, et principalement composé de jeunes, qui ont formé deux files au centre de la salle de congrès, brandissant des affiches sur lesquels on pouvait lire « Free Tamimi ». Le Caucus Socialiste a aussi réussi à recueillir une majorité (558 votes, 56,1 pour cent) afin d’ajouter 30 minutes à la session plénière pour débattre l’enjeu du Moyen-Orient. Malheureusement, nous n’avons pas atteint la majorité renforcée nécessaire de deux tiers des votes pour réussir à modifier l’ordre du jour. La politique adoptée, énonçant le statu quo, les-deux-côtés-sont-responsables-de-la-violence, la solution obsolète de la création de deux États, en laissa plusieurs à se demander ce qu’était devenu de l’engagement aux libertés civiles vanté par l’avocat Jagmeet Singh.

Alors que le temps filait, les socialistes n’ont pas tenté d’expédier des résolutions sur les politiques d’équité, même si les motions non controversées (tels que la modification du titre d’un comité du parti) ont empêché que soient abordés d’autres enjeux plus contentieux. Il va sans dire que nous avons voté en faveur de toutes les résolutions prônant l’équité.

Le Caucus Socialiste a voulu rationaliser le procédé, afin d’assurer plus de temps pour le débat de politique, en tentant d’amender l’ordre du jour, à l’ouverture du congrès. Même si nous n’avons pas gagné ce vote, ce geste contribua au succès ultérieur de la résolution avancée par le groupe Courage, visant à trouver de meilleurs moyens pour prioriser les résolutions. Malheureusement, la mesure finalement adoptée propose simplement un projet de recherche sur l’utilisation de l’internet pour consulter les effectifs du parti. De ce fait, il n’y aura pas de modification, avant le prochain congrès, au mécanisme existant de priorisation de résolutions excessivement corrompu et manipulateur. Ce sera peut-être pour le congrès suivant.

Plusieurs délégués (surtout ceux qui n’ont sont pas fanatiques du gradualisme au pas de tortue) m’ont remercié et d’autres compagnons du Caucus Socialiste d’avoir tenté d’amender l’ordre du jour. Sûrement, les nombreux conférenciers et les exposés informatifs auraient pu être présentés lors de sessions du soir. N’aurait-il pas été préférable de bénéficier d’activités instructives en alternative au souper avec le chef de parti à 300 $ le couvert ou les rencontres sociales soi-disant gratuites dans les bars aux prix dispendieux? Nécessairement, la base du parti continuera de lutter pour une démocratie plus ouverte au sein du NPD. Il faudra s’efforcer pour instaurer un programme allouant 70 pour cent du temps du congrès au débat de politique, à comparer au ratio méprisable de 42 pour cent observé au cours des congrès précédents des trois dernières décennies. On peut prédire avec confiance qu’au prochain congrès, le NPD appuiera la politique pro-BDS, un résultat impensable il y a seulement quelques années.

Le panel le plus marquant fut « Nation à Nation ». Les conférenciers invités étaient l’activiste-artiste Ellen Gabriel, l’enseignante et consultante anti-violence, Sahra MacLean, et Ian Campeau, un fondateur du groupe de musique A Tribe Called Red. Ils ont présenté des analyses anticapitalistes incisives et excitantes. De même, le chef du British Labour Party, Jeremy Corbyn, a envoyé un message vidéo de solidarité qui a fait soulever la foule, lorsqu’il affirma que « nos deux partis sont socialistes ». Ce fut la seule fois que le mot « socialiste » fut prononcé au-devant de la salle au cours de la fin de semaine.

Le Caucus Socialiste a célébré l’élection d’une de ses candidates à la direction (Dirka Prout pour coprésidente du Conseil des femmes du NPD) et fut ravi du fait que ses candidats ont reçu un soutien important durant les scrutins, avec Corey David recevant 16 pour cent des votes pour président, Gary Porter avec 27 pour cent pour Trésorier, Chris Gosse avec 20 pour cent pour vice-président de la main d’œuvre, et un appui populaire passant de 20 à 33 pour cent pour divers postes au sein de la direction et du conseil fédéral. Quel autre courant gauchiste à l’intérieur du parti présenta aux délégués un choix lors des scrutins pour la direction et le conseil fédéral? Quel autre mouvement au sein du parti a lutté pour des politiques socialistes honnêtes, ou encore pour un programme transitoire articulant les revendications de la classe ouvrière?

Les partisans du manifeste “Un bond vers l’avant” (Leap Manifesto en anglais) ont organisé une rencontre fougueuse d’envergure au Musée de la nature, mais ils ont choisi de ne pas intervenir au cours du congrès du NPD. Ceci a permis aux mandarins de l’establishment du parti de mettre au rancart toute discussion au sujet de la vision prônée par le manifeste. Courage mérite d’être reconnu pour son organisation pancanadien remarquable visant à promouvoir ses propositions pour une démocratie plus ouverte au sein du parti et l’éducation post-secondaire gratuite. De même, on doit féliciter le mouvement des Palestiniens, des Juifs progressistes et autres, qui ont conduit la campagne visant à interdire l’entrée au marché canadien des produits issus des colonies israéliennes illégales. Enfin, NPD Momentum a attiré un public modeste à une série d’événements appelé « Le Monde Transformé ».

Malheureusement, aucun de ces groupes n’a présenté une plateforme politique alternative ou une équipe de candidats pour contester l’establishment du parti de droite, ou encore moins, pour cibler le système capitaliste toxique. Malgré les efforts du Caucus Socialiste, autant avant que durant le congrès, aucun des leaders des groupes sous-mentionnés n’a démontré la volonté de collaborer sur des enjeux spécifiques ou des actions. Alors qu’une fusion des forces politiques n’est pas pour aujourd’hui, en raison des importantes différences entre les programmes et stratégies, une gauche unifiée pour l’atteinte d’objectifs particuliers est possible… et elle serait puissante, sinon irrésistible. L’unité dans l’action devrait être notre objectif commun.

Le forum sur la politique étrangère du Caucus Socialiste eut lieu vendredi soir et présentait l’auteur de Montréal, Yves Engler. Cet événement attira une grande foule et provoqua une excellente discussion qui a animé les délégués au cours des deux prochains jours, alors qu’on s’engageait dans des combats au congrès pour défendre une démocratie plus ouverte et certaines résolutions urgentes. Avec le soutien de douzaines d’associations de circonscriptions de partout au pays, plus de 20 résolutions du Caucus Socialiste furent comprises dans le cartable des projets de résolution du congrès. La table de présentation du cartable devenu un centre d’activisme, générant des revenus d’environ mille dollars. Plus de 35 personnes ont adhéré au Caucus Socialiste au cours du congrès. Loin de se sentir isolé, le groupe fut dynamisé par l’expérience.

Lors du vote de révision de la direction du parti, Jagmeet Singh a obtenu l’approbation de 90,7 pour cent des délégués, un résultat auquel on s’attendait alors qu’il avait accédé au poste de chef du parti il y a seulement quatre mois. Or, il a payé un prix politique pour ses tactiques maladroites de surcontrôle et son discours fade et décousu de 40 minutes. Singh a réussi à fâcher des centaines de jeunes, nouveaux membres, alors que les commentateurs sont demeurés perplexes. La chroniqueuse du Toronto Star, Chantal Hébert, résuma sobrement ainsi : « le discours du nouveau chef n’a pas marqué un grand départ du passé récent ».

L’approche de Singh vise à réduire l’inégalité sociale. Comment? En fermant les échappatoires fiscales, en augmentant l’impôt sur les sociétés, en façonnant un programme d’assure-médicaments pancanadien et des programmes de soins oculaires et dentaires, en réalisant la réconciliation avec les Premières Nations, et en prônant un système de scrutin proportionnel, selon ses dires. Or, en quoi cela diffère-t-il de l’approche du précédent chef discrédité, Tom Mulcair, surtout en l’absence de quelconques propositions audacieuses appelant les grandes entreprises à absorber ces coûts?

Singh a complètement évité le sujet des oléoducs (ignorant la guerre du vin et des mots entre les gouvernements NPD provinciaux de la Colombie-Britannique et de l’Alberta) et il demeura silencieux à l’égard du fléau des changements climatiques (est-il en faveur d’une taxe sur le carbone, d’un système de plafonds et d’échanges, ou de l’appropriation publique des géants de l’énergie afin de rapidement financer une transition rapide vers l’énergie verte?). Son plan général de politique ressemble plutôt à un roman mystère qu’à une plateforme d’un parti politique.

Au son du claquement à une seule main, les fonctionnaires du NPD ont décrété que la réunion serait un « congrès sans papier ». Or, l’application mobile dysfonctionnelle mise à disposition empêchait l’accès à l’information en temps opportun et constituait une source constante de frustration.

En fin de compte, l’image l’a emporté sur la politique, mais non sans difficulté. Si la balance du pouvoir ne penche pas vers la gauche aujourd’hui, il n’en faudrait que peu pour qu’elle bascule… surtout si les socialistes et les progressistes décident de s’unir pour défendre la cause commune de gagner le NPD et d’œuvrer pour un programme travailliste. Après tout, la victoire n’est pas gagnée sans lutter.