Category Archives: Analysis

“James Connolly and the Reconquest of Ireland”

by Priscilla Metscher, MEP Publications, Minneapolis, 2002, 243 pages.

A review by Barry Weisleder

Thoughts around St. Patrick’s Day, cultural and political, inevitably turn to Ireland. In that context, the lead up to Easter struck me as a good time to become (re)acquainted with the views of the great Irish republican socialist, James Connolly. Though many of today’s Irish nationalists and “socialists” pay homage to him, they support parties that collaborate in the partition of Ireland, and that vote for capitalist austerity measures. As Priscilla Metscher’s well written, amply annotated book implies, this is worse than ironic. In it, she presents a comprehensive survey of Connolly’s revolutionary politics, as they evolved between 1896 and 1916. Each chapter links his writings and speeches to the momentous events of his time.

James Connolly was born in Edinburgh, Scotland in 1868 of Irish immigrant parents and grew up in the slums of that city. He started to work at about age ten as a printer’s devil, then in a bakery, then in a tiling factory. At fourteen he joined the army and was sent to Ireland where over the next seven years he saw first-hand the oppression of the Irish people. Back in Scotland he joined the socialist movement, standing (unsuccessfully) as its candidate for municipal office in 1894. He knew about the Land League in Ireland, and as a socialist, realized the importance of British workers’ support for the freedom struggle in Ireland.

Connolly learned that the struggle of the Land League was diverted by adoption of the single-plank electoral platform of Home Rule, counter posed to independence from Britain. His remedy was the organization of a working class party that would go beyond the liberal aims of the Irish Parliamentary Party.

With a few fellow workers, Connolly founded the Irish Socialist Republican Party in 1896. As the name suggests, it set to unite the struggle for national freedom with the socialist emancipation of the working class. Its programme proclaimed the need for nationalization of railways, canals, banks, and the “gradual extension of the principle of public ownership and supply of all the necessaries of life.” (all quotes are from the book)
In 1903 Connolly helped to write a manifesto for the Socialist Labour Party of Scotland, which more clearly expressed the need for a working class party, the concept of the class struggle, and the aim of wresting control of the state from the capitalist class.

Its immediate demands combined with a vision of profound change involving workers’ control of industry and a cooperative agricultural system. Under the slogan “agitate, educate, organise”, working class power should be spread by all means, including elections. But he maintained that the election of a majority of Socialist Republicans to parliament would not herald the dawn of the socialist republic. It would, however, represent “the moral insurrection of the Irish people”: “their desire for separation from the British Empire,” which could be converted into a military insurrection by the use of “a small expeditionary force and war material.”

Connolly rejected the conspiratorial methods associated with the failure of the Young Irelanders and the Fenians. He wanted to make republicanism a public issue, to purge it of “the odor of illegality”, and to change it from the “politics of despair” into the “Science of Revolution.” In the process, he tried to convert “advanced nationalists” to socialism, making a key distinction between bourgeois liberals and anti-imperialists.

He realized that the limits of constitutionalism (legislative reform of the structure of government) are dictated by the very nature of the state “created by the propertied classes for their own purposes.”

The election of a majority of Irish Socialist Republicans to parliament would be a preliminary step, but only a step, towards the “revolutionary reconstruction of society.” The latter is the task of the working class, in which he included the rural peasantry.
How would this be done? “The governing power must be wrested from the hands of the rich peaceably, if possible, forcibly if necessary.” Expect the rulers to resist fiercely. Connolly’s answer, like Malcolm X many years later, was simply: by any means necessary.

The ISRP was a tiny propaganda group. Connolly tried to forge it into a disciplined body, equipping it with a vital tool of education and organization — the party newspaper. Connolly was the editor and publisher of the Workers’ Republic. He used the pages of the WR not only to present socialist republicanism to the general public, but also as a weapon against the Home Rule party and the United Irish League, exposing their capitalist interests in “making terms with the Imperial government.”

The ISRP was internationalist. It held the first public meeting to protest against the Boer War in 1899. “Every war now is a capitalist move for new markets, and it is a move capitalism must make or perish.” The spectacle of imperialist war reinforced Connolly’s belief that it was unlikely that the capitalist class as a whole would yield up its privileges peacefully.
Frustrated by the slow progress of the ISRP, Connolly emigrated to the United States in 1903. Over the next seven years, he became an organizer for the Industrial Workers of the World (IWW), and a member, and critic, of Daniel De Leon’s Socialist Labour Party.
The SLP was sectarian on political and trade union issues, quite evident in its strident propaganda against Catholicism and its dual-unionism stance. De Leon provoked a split in the IWW, driving the latter even farther away from campaigning on political issues and towards anarchism. In 1908, after quitting the SLP, Connolly joined the Socialist Party of America, attracted by its mass base and growing left wing, notwithstanding its political reformism. But the idea of industrial unionism stayed with him, making him a sharp opponent of the craft unionism of Samuel Gompers and the American Federation of Labour.

In “Socialism Made Easy”, Connolly subordinates the political struggle for state power to the everyday battle at the work place to control industry.

His concept of the party is “One Socialist party embracing all shades and conceptions of Socialist political thought.” But he contradicts that view by reiterating the vanguard role of the socialist party, and moreover, by asserting the importance of political action before economic battles.

His major work, “Labour in Irish History”, shows the development of a national self-consciousness in Ireland, the result of centuries of oppression and of action against it. With that book, which he regarded as part of the literature of Gaelic revival, Connolly set out to map an Irish path to socialism.

A free Ireland would take its distinct place in the world: “the internationalism of the future will be based on the free federation of free peoples”.

Sadly, his vision of freedom was impaired on women’s emancipation. While in the forefront of the fight for women’s suffrage, Connolly opposed divorce, and rejected any attempt “to identify Socialism with any theory of marriage or sexual relations.”
The Belfast to which Connolly returned in 1910 was a scene of sweated labour and miserable wages. Industrial unrest in 1909 and 1911 led to a major confrontation in 1913, the Dublin Strike and Lockout. Tens of thousands joined the struggle, which was met with stiff employer intransigence and unbridled police brutality. The strikers implored the British Trades Union Congress to take sympathy strike action, to isolate Belfast from international trade and commerce. But the TUC refused, signaling the end of an inspiring chapter.

Connolly was quick to point out that the growth of unions and labour federations did not necessarily mean a great increase in solidarity and revolutionary spirit; it often led to increased bureaucracy and alienation of officials from the rank and file.

It was also during the Dublin strike that the Irish Citizen Army and the Irish Volunteers were founded, which paved the way to the Easter Rising of 1916.

Meanwhile, the First World War raged across Europe. At an international conference of socialists in Zimmerwald in 1915, Russia’s Bolshevik Party leader V.I. Lenin said “Turn the imperialist war into civil war.” Connolly agreed. The suppression of Irish nationalist papers, plus other restrictions of civil liberties, and the threat of conscription by the British crown, led him to say “constitutional action in normal times… revolutionary action in exceptional times. These are exceptional times.” He turned to making the Citizen Army into a disciplined force.

In “James Connolly and the Reconquest of Ireland” the reader meets James Larkin, the impassioned and impetuous class struggle labour leader, and Padraic Pearse, the radical nationalist intellectual, President of the provisional government of the Irish Republic and commandant-general of its Citizen Army.

The book chronicles the series of unfortunate events that doomed the Easter Rising, that began April 24, 1916. Connolly, Vice-President of the rebel Irish Republic, was injured while defending its headquarters in the Dublin Post Office. He was captured and shot in Killmainham Jail by the British. Lenin observed that a revolutionary situation was growing in Ireland, but was not fully developed. Still, this was not a putsch. It was a true popular rebellion, however premature. The historical tragedy was that James Connolly and Padraic Pearse were eliminated just prior to the revolutionary situation that soon emerged in 1918-20.

An important political error of Priscilla Metscher’s book is its claim that Connolly subscribed to a ‘stages’ concept of the revolution, such as outlined by Lenin in “Two Tactics of Social Democracy in the Democratic Revolution”. The truth is that both Lenin and Connolly recognized certain phases of the struggle, but they rejected any notion of stages in which the interests of the working class should be subordinated to those of the capitalists, domestic or foreign. As Russia demonstrated, it was a Permanent Revolution that ushered in a workers’ state that began socialist construction.

In his “Re-Conquest of Ireland”, Connolly replaces the term “Workers’ Republic” with “Co-operative Commonwealth”, which he defines as “a system of society in which the workshops, factories, docks, railways, shipyards, etc., shall be owned by the nation, but administered by the Industrial Unions of the respective industries.” This is clearly not a blueprint for a bourgeois state.

What stood in the way of Connolly’s dream? It was the absence of a strong, democratically centralized, revolutionary workers’ party, and the lack of a revolutionary socialist-led labour movement. But that takes little away from the fact that James Connolly was one of the greatest socialist leaders of the 20th century.

A watershed election for U.S. imperialism

By LYNN HENDERSON

The 2016 presidential election concluded with the improbable election of real estate billionaire and reality show celebrity Donald Trump. In this historic 2016 election the dual parties of U.S. capitalism ended up presenting the American electorate with the choice between two individuals who were universally recognized as the most unpopular, distrusted candidates in the history of U.S. presidential politics. How did this happen? Was it just a fluke? Was it just the accidental luck of the draw?

Continue reading A watershed election for U.S. imperialism

LORS DE SON 98ÈME ANNIVERSAIRE, LES LEÇONS DE LA RÉVOLUTION RUSSE POUR AUJOURD’HUI

Suite à la projection de “Tsar to Lenin” aux Rebel Films à Toronto le soir du 6 novembre, un discours basé sur ce texte a été présenté par Barry Weisleder.
Les leçons de la révolution russe
Le déclenchement de la Première Guerre mondiale a montré de façon concluante que le capitalisme était entré dans sa période de déclin. D’énormes destructions matérielles et d’horribles souffrances humaines ont été déclenchées, et répétées à travers le 20e siècle (la Grande Dépression, de nombreuses récessions, ges guerres coloniales, la destruction de l’équilibre écologique). L’humanité était confrontée au choix difficile: socialisme ou barbarie.
Lorsque la guerre a éclaté en 1914, les partis réformistes de l’Internationale socialiste ont capitulé face à la vague de chauvinisme et à la classe dirigeante de chacune des grandes puissances. Mais les contradictions du social-patriotisme éclatèrent bientôt. Lorsque les révolutions ont finalement éclaté, les dirigeants sociaux-démocrates, qui avaient donné leur approbation au massacre de millions de soldats pour la cause du profit capitaliste, ont rapidement redécouvert leur pacifisme. Puis ils prièrent les travailleurs-euses de ne pas utiliser la violence pour renverser le système.
Alors que l’Internationale socialiste tomba en morceaux, une poignée de socialistes révolutionnaires demeurèrent fidèles à l’internationalisme prolétarien: Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg en Allemagne; Monatte et Rosmer en France; Lénine, une partie des bolcheviks, plus Trotski et Martov en Russie; le SDP aux Pays-Bas; John Maclean en Grande-Bretagne; Eugene Debs aux États-Unis; et une majorité dans les partis sociaux-démocrates de l’Italie, de la Serbie et la Bulgarie.
Les internationalistes se regroupèrent, d’abord à la conférence de Zimmerwald en 1915, puis à Kienthal en 1916. Lénine a prédit une crise révolutionnaire à grande échelle qui amènerait la gauche radicale au premier plan. Il avait tout à fait raison.
La Révolution russe a éclaté en mars 1917. En novembre 1918, la révolution a éclaté en Allemagne et en Autriche-Hongrie. En 1919-1920 un énorme élan révolutionnaire a secoué l’Italie. À ce stade, les internationalistes se sont battus pour la révolution socialiste, et les sociaux-patriotes sont devenus des contre-révolutionnaires fidèles à l’État et au capitalisme.
En mars 1917, l’autocratie tsariste tomba en raison d’émeutes de la faim et de la décomposition de l’armée. Alors que la révolution de 1905 avait échoué en raison de l’incapacité du mouvement ouvrier à établir des liens avec le mouvement paysan, cette alliance lorsque réalisée s’est avérée fatale pour le tsarisme en 1917.
La classe ouvrière a joué un rôle majeur en mars 1917, mais il lui manquait une direction révolutionnaire et elle ainsi a été dépouillée de la victoire. Le pouvoir extorqué au tsarisme a été mis entre les mains d’un Gouvernement provisoire, une coalition de partis bourgeois comme les cadets, et les partis ouvriers modérés, les mencheviks et les socialistes-révolutionnaires.
Mais le mouvement de masse était si fort qu’il avait ses propres structures: les conseils des délégués des travailleurs-euses, des soldats et des paysans, soutenus par les gardes rouges armés. Ainsi, à partir de mars, la Russie était dans une situation de double pouvoir. Le Gouvernement provisoire était basé sur un appareil d’État bourgeois en décomposition. En opposition à ça, il y avait un réseau de “Soviets” ou conseils ouvriers et paysans, construisant progressivement un pouvoir d’État ouvrier.
La prédiction de Trotsky en 1905 que la révolution future de la Russie verrait l’éclosion de milliers de soviets a été confirmée. L’aile droite du marxisme russe et international croyait que la Russie, étant un pays arriéré, avait besoin d’une révolution bourgeoise comme celle des 18e et 19e siècles. Qu’est-ce que cela impliquait? Le renversement de l’absolutisme, la conquête des droits démocratiques, libérant les paysans des chaînes semi-féodales, la libération des nationalités opprimées, la création d’un marché unifié pour faciliter la croissance rapide du capitalisme industriel, qui préparerait la voie à une future révolution socialiste.  A partir de là  découlait la stratégie d’une alliance entre la bourgeoisie libérale et le mouvement ouvrier. Les travailleurs-euses seraient obligé-es de se limiter à la lutte pour la journée de 8 heures, le droit d’organisation et de grève, etc.
Lénine a rejeté cette stratégie en 1905. Il a rappelé ce que Marx avait dit après les révolutions de 1848: que, une fois que le prolétariat est apparu sur la scène politique, la bourgeoisie est allé dans le camp de la contre-révolution craignant le pouvoir des travailleurs-euses. Ainsi, Lénine a proposé une alliance entre le prolétariat et la paysannerie.
Mais Lénine concevait la “dictature démocratique des ouvriers et des paysans” comme étant basée sur une économie et un État capitalistes.
Dès 1905-06, Trotsky a souligné la faiblesse de cette idée. Il a souligné l’incapacité chronique de la paysannerie à constituer une force politique indépendante. Tout au long de l’histoire, la paysannerie a, à la fin, toujours suivi soit une direction bourgeoise ou prolétarienne. Avec la bourgeoisie allant vers la droite, le sort de la révolution dépend de la capacité du prolétariat à gagner l’hégémonie politique sur le mouvement paysan et d’établir une alliance entre les ouvriers et les paysans sous sa propre direction. En d’autres termes, la révolution russe ne pouvait gagner et remplir ses tâches que si le prolétariat pouvait conquérir le pouvoir politique et établir l’État ouvrier, soutenu par une alliance avec les paysans pauvres.
Telle est la théorie de la révolution permanente. Elle proclame qu’à l’époque impérialiste, la soi-disant bourgeoisie nationale ou libérale dans les pays sous-développés est subordonnée à l’impérialisme étranger et aux vieilles classes dirigeantes et que les tâches de la révolution démocratique bourgeoise ne peuvent être réalisées que par la dictature du prolétariat , soutenue par les paysans pauvres. C’est-à-dire, que seul un État ouvrier pourrait réaliser la révolution agraire, l’indépendance nationale, les libertés démocratiques et le développement industriel. La prédiction de Trotsky en 1906 a été entièrement confirmée par le cours de la révolution russe de 1917, et par le cours de toutes les révolutions dans les pays sous-développés depuis ce temps comme au Vietnam, à Cuba, etc.
Quand Lénine retourna en Russie après son exil à l’étranger au printemps 1917, il a vu les immenses possibilités révolutionnaires. Avec ses Thèses d’avril, il a changé la direction du Parti bolchevik le long des lignes de la révolution permanente. Certains anciens dirigeants bolcheviks, y compris Staline, Kamenev et Molotov, ont résisté. Ils ont exhorté à l’unité avec les mencheviks et au soutien critique au Gouvernement provisoire. Mais le Parti bolchevik, sous la pression des travailleurs-euses d’avant-garde, combinés avec les partisans de Trotsky, a adopté la perspective de la révolution permanente et a remporté une majorité parmi les masses ouvrières.
Après le soulèvement prématuré de juillet, et le putsch contre-révolutionnaire raté du général Kornilov en août, les bolcheviks ont remporté la majorité dans les soviets des grandes villes, à partir de septembre. En novembre, le Comité militaire révolutionnaire de Petrograd, sous la direction de Trotsky, a pris le pouvoir et l’a remis aux Soviets. Le vieil État et le Gouvernement provisoire se sont effondrés. Lors de l’insurrection ouvrière, la violence fût minime. Le premier État ouvrier est né.
Les tâches immédiates de la révolution étaient la paix, la terre aux paysans, mettre fin à l’oppression nationale, et étendre le pouvoir soviétique à travers la grande Russie. Mais la bourgeoisie se mit à saboter ces politiques. Les travailleurs-euses, maintenant conscient-es de leur force, ne  pouvaient pas tolérer cela. Donc ce qui a commencé comme le contrôle ouvrier dans les entreprises privées passa rapidement à la nationalisation des banques, des grandes usines et du système de transport. À l’exception des paysans et des petits ateliers d’artisans, les principaux moyens de production étaient maintenant collectivement entre les mains du peuple.
Pourtant la Russie était un pays arriéré. Les bolcheviks comptaient sur une révolution dans l’Occident industriel, en particulier en Allemagne et en Italie, ce qui aurait créé une base solide pour la construction d’une société sans classes. Malheureusement, les révolutions allemande et italienne n’ont pas réussi. Ceci est largement dû au rôle contre-révolutionnaire joué par la social-démocratie internationale. Isolée, la révolution russe, dirigée par Lénine et Trotsky, a fait de son mieux, avec les ressources politiques et matérielles disponibles.
La Russie soviétique a été déchirée par la guerre civile. Les anciens propriétaires fonciers et les officiers tsaristes ont essayé de renverser la première république ouvrière et paysanne par la force.
Le SPD en Allemagne a essayé toutes sortes de promesses et de mensonges pour détourner les travailleurs-euses loin de la lutte pour le pouvoir (promettant même de nationaliser la grande industrie). Noske a même appelé les Freikorps pour battre les gauchistes (ils ont assassiné Rosa Luxemburg). Les Freikorps étaient le noyau des futures bandes armées nazies.
Les nouveaux partis communistes, qui ont fondé la IIIe Internationale, manquaient d’expérience et ont fait beaucoup d’erreurs. La bourgeoisie, par peur de la révolution, a octroyé des concessions aux travailleurs-euses (y compris la journée de 8 heures et le suffrage universel). L’année 1923 a été un tournant. Le KPD a remporté la majorité dans les grands syndicats; il a formé un gouvernement de coalition en Saxe et en Thuringe. Mais le KPD a été mal conseillé par le Komintern et n’a pas réussi à organiser systématiquement une insurrection armée au moment le plus favorable. La grande entreprise a repris l’initiative, stabilisé la monnaie, et a ramené une coalition bourgeoise au pouvoir. La crise révolutionnaire était terminée.
La Russie soviétique a gagné la guerre civile en 1921, mais elle était épuisée. La production avait chuté de manière spectaculaire. La famine avait saisi le pays. Pour remédier à la situation, en attendant une nouvelle remontée de la révolution internationale, Lénine et Trotsky se sont lancés dans un recul économique. La grande industrie demeurerait propriété publique. Mais un marché libre a été rétabli pour les excédents agricoles, après les impôts de l’État. Le commerce privé et la production privée à petite échelle ont été autorisés. C’était la  N.E.P. Ce fût un recul temporaire pour stimuler la production. La petite bourgeoisie s’est elle-même enrichie.
Mais un problème beaucoup plus important, résultant du retard de la Russie, a pris place. Le prolétariat a été affaibli par la baisse de la production industrielle et l’exode vers la campagne. Il a été en partie dépolitisé par la famine et la misère. Beaucoup de ses meilleurs éléments ont été tués dans la guerre civile. Ceux qui ont survécu ont été absorbés dans l’appareil soviétique. Parce que l’État dans cette période ne pouvait pas former suffisamment de personnel qualifié provenant de la classe ouvrière, l’intelligentsia bourgeoise avait tendence à conserver son monopole du savoir. La grande pauvreté a favorisé la défense des privilèges matériels.
En 1920, l’Opposition ouvrière au sein du PC soviétique a sonné l’alarme. En 1921, Lénine appelait l’État russe un État ”ouvrier bureaucratiquement déformé”. En 1923, l’Opposition de gauche trotskyste a été formé, avec la lutte contre la bureaucratie en tant que l’une de ses principales priorités. L’Opposition de gauche a appelé à l’accélération de l’industrialisation de la Russie, l’augmentation des salaires, l’accroissement de la démocratie dans les soviets et dans le parti, l’aide aux paysans pauvres et l’augmentation des impôts sur les paysans riches, et le renforcement de la perspective de la révolution mondiale, y compris par la rectification des erreurs du Komintern. Tel était le programme qui aurait pu sauver la Révolution russe.
Malheureusement, la majorité des dirigeants ont compris trop tard la menace contenue dans la montée de la bureaucratie. Ceci explique la victoire du stalinisme en URSS.
La bureaucratie n’est pas une nouvelle classe. C’est une couche privilégiée de la classe ouvrière qui a usurpé le pouvoir dans l’État et l’économie soviétiques, et  qui a utilisé ce monopole du pouvoir pour se donner des privilèges de consommateurs, comme des salaires plus élevés, des avantages sociaux, des magasins spéciaux, etc. Elle ne possédait pas les moyens de production. Sa puissance reposait sur les gains de la révolution socialiste de novembre: propriété publique, économie planifiée, monopole d’État du commerce extérieur. Elle était conservatrice. Comme toute bureaucratie, elle a mis la préservation de ses privilèges au-dessus de l’extension de la révolution. Elle craignait  que la révolution mondiale fasse revivre l’activité politique du prolétariat soviétique et donc porterait atteinte à son propre pouvoir. Donc, la bureaucratie a favorisé le statu quo international. Elle résiste au rétablissement du capitalisme, mais seulement jusqu’à un certain point, comme nous l’avons vu en 1989, quand la bureaucratie scissionne. Certains d’entre eux sont maintenant des capitalistes qui se sont enrichis en pillant la richesse sociale.
L’URSS n’était pas non plus une société socialiste, c’est-à-dire une société sans classes. C’était une société en transition entre le capitalisme et le socialisme. Le capitalisme a été restauré au moyen d’une contre-révolution sociale. Le pouvoir direct des travailleurs-euses aurait pu être restauré, mais seulement par une révolution politique qui pouvait briser le monopole des bureaucrates sur l’exercice du pouvoir.
L’étiquette “capitaliste” ne s’appliquait pas à l’économie soviétique, car c’était un système où les producteurs ont été dominées par des bureaucrates, et non par des propriétaires privés. Le capitalisme est un système spécifique de domination de classe. Il est caractérisé par la propriété privée des moyens de production, la concurrence, la production marchande généralisée, la transformation de la force de travail en marchandise, la nécessité de vendre des marchandises avant que le surplus de valeur qu’elles contiennent peut être réalisé, et l’inéluctabilité des crises périodiques de surproduction généralisée. Rien de tout ça ne se retrouvait dans l’économie soviétique.
L’économie soviétique n’était pas non plus socialiste, ce qui implique un régime de producteurs associés qui dirigent eux-mêmes leur vie productive et sociale, et qui est défini par la disparition de la production marchande. L’URSS était loin de là, quelles que soient les affirmations de la bureaucratie soviétique. La théorie anti-marxiste, propagée par Joseph Staline, que le socialisme pouvait être construit dans un seul pays, était tout simplement une tentative grossière pour justifier la bureaucratie et ses actions.
En s’opposant au “socialisme dans un seul pays”, Trotsky et l’Opposition de gauche n’ont pas pris une position défaitiste. Ils ont été les premiers à préconiser l’industrialisation rapide, la défense de l’URSS contre l’impérialisme, la défense des acquis de la révolution contre toute tentative de restaurer le capitalisme en URSS. Mais ils ont compris que le sort de l’URSS dépendait de la lutte des classes au niveau international. Cela reste vrai aujourd’hui pour le seul État ouvrier survivant, pour Cuba révolutionnaire.
Alors, qu’est-ce que le stalinisme? Khrouchtchev a appelé ça un culte de la personnalité. Mais cette explication subjective / psychologique est peu profonde et incompatible avec le marxisme.
 Le stalinisme est l’expression de la dégénérescence bureaucratique du premier État ouvrier, où une couche sociale privilégiée a usurpé le pouvoir. Les formes de répression brutale (terreur policière, les purges, les assassinats, les procès de Moscou, etc.) peuvent varier, mais les principales caractéristiques sont constantes. La démocratie ouvrière est supprimée en faveur du règne par une bureaucratie despotique. Dans le monde capitaliste, le stalinisme signifie la subordination, par les partis qui ont suivi le Kremlin, des intérêts de la révolution socialiste dans leur propre pays aux intérêts de la diplomatie soviétique. Il avilit la théorie marxiste en un instrument pour justifier chaque “tournant tactique” du Kremlin et des partis staliniens.
Les “tactiques” staliniennes ont massivement contribué à de nombreuses grandes défaites: l’arrivée au pouvoir d’Hitler en 1933, la défaite de la révolution espagnole en 1939, le désarmement des masses communistes françaises et italiennes et la reconstruction de l’État capitaliste et de l’économie en 1944 -46, l’écrasement sanglant du mouvement révolutionnaire en Irak, en Indonésie, au Brésil, au Chili et dans de nombreux autres pays depuis lors. Les “tactiques” staliniennes de la collaboration de classe avec les libéraux et l’État des patrons, et le soi-disant “front populaire”, n’ont pas aidé l’URSS. Elles représentaient les intérêts étroits de la bureaucratie et elles ont sapé les intérêts des travailleurs-euses partout dans le monde, et l’existence même de l’URSS.
Dans les années 1940, l’URSS a cessé d’être un pays sous-développé. Une nouvelle remontée de la révolution mondiale a conduit à l’émergence de nouveaux États ouvriers en Yougoslavie, en Chine, au Vietnam et à Cuba, et à la radicalisation de la jeunesse en Europe occidentale et dans les Amériques. Dans ces conditions, des tendances oppositionnelles surgirent et des scissions au sein des bureaucraties staliniennes se sont produites, telles que la rupture Staline-Tito en 1948, l’insurrection d’octobre-novembre 1956 en Hongrie, le “printemps de Prague” de 1968, en Tchécoslovaquie, et les révoltes en Pologne dans les années 50 et plus tard.
Après la mort de Staline une série de réformes ont été mises en œuvre dans l’agriculture et l’industrie, mais celles-ci ont été limitées dans leur effet par la mainmise continue de la bureaucratie. Sans contrôle démocratique et public par la masse des producteurs et des consommateurs, il est impossible de parvenir à une production vraiment rationnelle et efficace qui répond aussi aux désirs de la population. Chaque réforme bureaucratique tend à substituer une nouvelle forme d’abus et de gaspillage bureaucratique. Une plus grande autonomie des directeurs d’usine, combinée avec des retards technologiques et l’engagement excessif envers les dépenses militaires a entraîné une stagnation générale dans les années 1970 qui a condamné l’URSS.
La victoire de la révolution chinoise en 1949 a brisé l’encerclement capitaliste de l’URSS, a stimulé le processus de la révolution permanente en Asie, en Afrique et en Amérique latine, et a mis l’impérialisme sur la défensive. Elle se produisit, en pratique, parce que la direction maoïste avait rompu avec la ligne stalinienne du “bloc des quatre classes” et de la révolution par étapes. Elle a dirigé un vaste soulèvement paysan, et détruisit l’État bourgeois. Cependant, la révolution chinoise a été bureaucratiquement déformée dès le départ. L’activité indépendante de la classe ouvrière a été limitée. Des formes de privilèges bureaucratiques, imitant la Russie soviétique, étaient très répandus. Mao a essayé de canaliser le mécontentement croissant de masse en lançant la soi-disant Révolution culturelle en 1964-5, mais cela était essentiellement une campagne visant à purger les ennemis de Mao dans l’appareil du PC. Lorsque les “gardes rouges” sont devenus critiques de l’ensemble de la bureaucratie, ils ont été dissous.
La scission sino-soviétique reflète le rejet par le PC chinois du contrôle monolithique par Moscou, ce qui était justifié. Mais le nationalisme étroit utilisé des deux côtés du conflit, qui s’est répété plus tard dans la scission sino-vietnamienne, a porté un coup sévère au mouvement ouvrier international, et a donné à l’impérialisme plus d’espace pour manœuvrer.
Le maoïsme est une ramification plus souple et éclectique du stalinisme d’origine en Russie. Sa caractérisation de l’URSS comme étant “social-impérialiste” a servi à justifier tous les tournants de la politique étrangère chinoise, y compris des alliances avec la bourgeoisie dans divers pays dans une lutte soi-disant pour l’indépendance face aux deux “superpuissances”. Il substitue l’idéologie maoïste aux distinctions fondamentales de classe. Il rejette la démocratie ouvrière, il rejette le front uni, et il justifie le recours à la violence et la répression à l’intérieur du mouvement ouvrier. Derrière une apparence de “participation” de masse, il a ouvert la voie à la restauration capitaliste en Chine. La Chine d’aujourd’hui est une société capitaliste, dominée par des sociétés étrangères, en partenariat avec l’État et les entreprises privées nationales – une économie qui a enrichi quelques millions de personnes, qui en a appauvri des centaines de millions, et qui oscille de  l’expansion économique à la récession.
Les conditions objectives pour la construction d’une société socialiste existent depuis la Première Guerre mondiale. La division mondiale du travail et l’interdépendance des peuples ont atteint un niveau élevé. La force numérique de la classe ouvrière et la base économique pour transformer l’économie mondiale sont présentes. Les conditions politiques nécessaires pour la révolution, y compris les divisions croissantes au sein de la bourgeoisie, son incapacité à gouverner, et la rébellion croissante contre le système par les travailleurs-euses, ont surgi périodiquement dans divers pays. Toutefois, les conditions subjectives adéquates étaient manquantes. Celles-ci comprennent: le niveau de conscience de classe du prolétariat, son degré de maturité, et la force de sa direction révolutionnaire – c’est-à-dire, son parti révolutionnaire. Par conséquent, l’absence de victoires révolutionnaires, en particulier en Occident, a été essentiellement une fonction de la crise de la direction dans la classe ouvrière.
Cette analyse, basée sur l’échec historique du réformisme et du stalinisme, a conduit Trotsky et  l’opposition communiste en 1933 à commencer la création d une nouvelle direction révolutionnaire de la classe ouvrière mondiale. En 1938, ils ont établi la Quatrième Internationale à cette fin.
La QI n’est pas encore une internationale ouvrière de masse. Mais elle est en mesure de transmettre, d’affiner et d’améliorer le programme requis par la classe ouvrière mondiale en raison de ses activités constantes au sein de la lutte de classe dans des dizaines de pays. La QI essaie de former des leaders en fonction de sa théorie et de sa pratique. Elle tente d’unifier les expériences et la conscience des révolutionnaires à l’échelle mondiale, en leur apprenant à construire une organisation mondiale unique au lieu d’attendre en vain que l’unité spontanée se produise.
La construction de nouveaux partis révolutionnaires et d’une nouvelle Internationale combine la défense du programme marxiste, qui rassemble toutes les leçons des luttes de classes passées, avec un programme d’action actuel qui intègre ce que Trotsky appelait un programme de revendications transitoires. Les socialistes interviennent dans les luttes de masse pour amener les participant-es, grâce à leur expérience, à un programme d’action, et pour donner des formes d’organisation à ces luttes qui leur permettront de créer des conseils ouvriers pendant les crises révolutionnaires.
Je vais conclure avec seulement deux points de plus.
Tout d’abord, comme un exemple de l’application de la méthode du Programme de transition aux conditions actuelles dans l’État canadien, je vous renvoie à la brochure “Perspectives pour le socialisme au Canada”. Vous pouvez également trouver utile de lire le Manifeste pour un Canada socialiste, la plate-forme du caucus socialiste du NPD.
Deuxièmement, je suggère fortement qu un programme révolutionnaire, intégrant des revendications transitoires, démocratiques et défensives, est de peu d’utilité sans une organisation révolutionnaire centraliste démocratique qui éduque, agite et organise pour sa réalisation. J’invite tout le monde ici qui veut se battre pour un monde meilleur à faire le pas le plus important que vous pouvez faire en ce sens: adhérez à Socialist Action/Ligue pour l’Action socialiste aujourd’hui.

“The Danish Girl”

a review by John Wilson

The Danish Girl (2015, 1 hr. 59 min., directed by Tom Hooper) is a mesmerizing, moving account of how transgender pioneer Lili Elbe (originally Einar Wegener) came to be one of the first persons known to have gender reassignment surgery. Adapted from David Ebershoff’s 2000 fictionalized novel, it features Eddie Redmayne’s amazing performance as Einar. He discovers who he really is, and transitions into Lili. Alicia Vikander, as Einar/Lili’s wife, is brilliant in her almost equally demanding role, at times becoming the central focus.

The film is mainly situated in a lush, 1920’s middle class Copenhagen where Einar is a celebrated landscape artist. Wife Gerda is also an artist. She fights for recognition – until she starts painting the emerging Lili as a femme fatale, which started with a whimsical, half-joking sitting by Einar for her as a female model.

But for him this is the start of his self-realization as Lili.

Lili endures horrific experiences consulting with “experts” in the biased and prejudiced medical system who are determined to “cure” her, or banish her to a psychiatric facility. Then she meets Dr. Warnekros (Sebastian Koch) who proposes what he candidly described as experimental and risky gender reassignment surgery. Of all the doctors, only he seems to have a sympathetic understanding of what she is going through. (Since Lili, who was raised in a context of relative class privilege, suffered such difficulty, can we imagine how truly impossible would be the situation of a transgender person born to a working class family?)

Gerda is steadfast in her love and support for Lili – despite being very conflicted and confused by a process she knows will lead to her losing her husband.

In short, this film is well worth seeing. It comes at a time when transgender issues are finally gaining prominence – thanks to decades of LGBTQ activism. Despite ongoing challenges of medical access, the cost of surgery, and persisting prejudice, in Canada and elsewhere real gains are being made. In revolutionary Cuba, the treatment is free. We should note, though, that with all the attention that this film is deservedly getting, other pioneering films, such as Transamerica, are being overlooked.