Propagez la grève québécoise ! Solidarité avec les étudiants !

Photo: http://www.qpirgconcordia.org/?p=3052

Au fur et à mesure que le vent des protestations massives et des exigences de changements continu de souffler sur le Québec, le moment est venu pour les étudiants et la classe ouvrière du Canada anglais de descendre dans la rue par solidarité avec le mouvement estudiantin. Ce qui a commencé par une opposition aux hausses des droits de scolarité au Québec a pris de l’ampleur et s’est transformé en lutte contre l’austérité et en défense des droits civils fondamentaux. C’est par milliers, pratiquement tous les soirs, depuis maintenant plus de cent jours, en nombres qui ont à plusieurs reprises atteint trois cent mille qu’étudiants et ouvriers sont descendus dans la rue à Montréal et de par le Québec.

Le peuple québécois, grâce à ses antécédents de protestations de masses, se prévaut du meilleur système de transport en commun, des droits de scolarité les plus faibles et du système de garderies le plus abordable qui soit au sein de l’État canadien. Le gouvernement libéral de Jean Charest s’inquiète du pouvoir potentiel d’un front estudiantin-ouvrier uni qui met de l’avant un programme en faveur des quatre-vingt-dix-neuf pour cent. L’usage que fait Charest de la police pour réprimer les protestataires et faire la guerre aux droits démocratiques constitue sa seule réponse. La loi 78 restreint la liberté de réunion, de protestation, et même de piquetage, dans les universités, ou dans leurs environs, voire n’importe où au Québec sans l’approbation préalable de la police. La loi crée aussi des restrictions au chapitre du droit de grève des employés en éducation. Cette loi s’est attiré les critiques soutenues de l’Association canadienne des professeurs d’université, et de dizaines d’organismes juridiques, et est décrite comme enfreinte aux droits fondamentaux de réunion, de rassemblement et d’expression. Bien que le gouvernement Charest, la police et les médias de droite aient déployé des efforts considérables afin de dénigrer les manifestations de protestation, les étudiants redescendent dans la rue en faisant montre d’une force qui, contre toute attente, ne cesse de croître.

En Ontario, avec l’alignement accéléré des universités sur le modèle des entreprises, avec des hausses des droits de scolarité dépassant trois cents pour cent au cours de la décennie écoulée, méditer l’exemple québécois ne suffit plus. Voici venu le moment de marcher de pair avec les actions des Québécois. Alors que les gouvernements capitalistes distribuent plans de sauvetage et allégements fiscaux au « un pour cent », les étudiants sont contraints de cracher au bassinet pour une récession qu’ils n’ont aucunement contribué à créer ! Étudiants ! de Vancouver à Toronto à Halifax à Saint-Jean-de-Terre-Neuve, voici venu le moment de montrer à Charest, McGuinty, Harper et autres chefs bourgeois qu’une attaque menée contre l’un d’entre nous est une attaque menée contre nous tous !

Nous disons : · Soutenez l’appel de la Fédération canadienne des étudiants en faveur de ralliements, de débats, et de votes massifs dans l’Ontario entier en septembre pour une grève étudiante en vue d’obtenir une diminution des droits de scolarité. Planifiez dès à présent des actions destinées à propager la grève québécoise.

· Créez un front commun d’organisations estudiantines et de syndicats ouvriers afin de soutenir les étudiants québécois et de combattre les mesures d’austérité capitalistes, où que ce soit.

· Supprimez tous les droits de scolarité ! L’éducation postsecondaire gratuite est un droit fondamental, pas un privilège.

· Effacez la dette étudiante dans son intégralité !

· Révoquez la loi 78 du Québec et toutes les lois qui restreignent le droit de réunion, de rassemblement et d’expression ! Protester est un droit fondamental.

Rejoignez les rangs de Jeunesse pour l’Action socialiste

Advertisements