Robbie Mahood 1946-2021 : Un révolutionnaire en pratique comme en théorie

par la Ligue pour l’Action socialiste    30 décembre 2021

par Barry Weisleder

Robbie Mahood, 75 ans, membre fondateur et figure de proue de la Socialist Action / Ligue pour l’Action socialiste, est décédé à Montréal le 26 décembre 2021 ; il a perdu sa longue bataille contre le cancer le 24 décembre suite à un accident vasculaire cérébral totalement débilitant. Entouré de sa famille et de ses proches dans sa chambre d’hôpital Robbie a peut-être aussi été conscient de l’affection et de l’adoration exprimées par un grand nombre de camarades de tout le continent qui se sont joints à un rassemblement virtuel en ligne impromptu organisé à son chevet quelques heures seulement avant que sa vie s’éteigne.

Robert (“Robbie”) Fisher Mahood est né en Saskatchewan en 1946 ; durant son adolescence il a été témoin de la bataille pour l’assurance-maladie dans cette province. Touché par la radicalisation des jeunes dans les années 1960, il adhère progressivement au marxisme révolutionnaire. Après avoir étudié l’histoire et la politique à l’Université de Regina il s’est orienté vers la médecine et a participé activement à la lutte pour le droit à l’avortement, collaborant avec des militants pro-choix et le Dr Henry Morgentaler pour ouvrir et exploiter sa clinique de Winnipeg. Robbie était un médecin de famille semi-retraité à Montréal, et jusqu’à la fin un membre important de la Ligue pour l’action socialiste / Socialist Action.

Dans une déclaration publiée par la famille Mahood, on relate que Robbie a grandi à Saskatoon ; il a passé une partie de sa petite enfance dans le quartier Côte des Neiges de Montréal alors que sa mère étudiait la médecine à McGill, et il a vécu au Moyen-Orient au début des années 1960 alors que son père travaillait pour les Nations Unies à la mise en place d’une formation d’enseignants pour les communautés de réfugiés palestiniens, mais la Saskatchewan a été l’environnement de sa jeunesse.

Les parents de Robbie étaient profondément impliqués dans les luttes pour l’accès universel aux soins médicaux en Saskatchewan et dans de nombreux autres mouvements sociaux progressistes dans les Prairies. En tant qu’enfant de parents progressistes Robbie s’est toujours engagé à lutter pour un changement social progressiste. Il a été un étudiant militant dans les années 1960, impliqué dans l’activisme anti-guerre ainsi que dans les premiers efforts d’organisation communautaire contre le racisme en Saskatchewan. Il s’est engagé dans des politiques d’action directe, il a brièvement travaillé pour le syndicat National Farmers’ Union et il a travaillé dans des usines à Toronto. Il faisait partie d’un groupe de jeunes Canadiens qui sont allés travailler à Cuba dans le cadre d’un échange à la fin des années 1960, et il est célèbre pour avoir joué (et perdu) au baseball contre Fidel. À la fin des années 1960 et au début des années 1970, il est devenu un socialiste révolutionnaire engagé pour le reste de sa vie.

Nous notons que Robbie a rejoint la section canadienne de la Quatrième Internationale à la fin des années 1960.  Lorsque Robbie et plusieurs autres ont été exclus de la Quatrième Internationale en 1994 – date à laquelle l’organisation locale du Québec, et bientôt la plupart des dirigeants de l’Internationale, ont abandonné la construction de partis révolutionnaires et la politique de lutte des classes – Robbie s’est rangé du côté de l’opposition léniniste-trotskyste.  En tant que fondateur et dirigeant de la Ligue pour l’Action socialiste, il a continué à faire partie de la Tendence pour une Internationale Revolutionnaire qui s’organise aujourd’hui au sein et à l’extérieur de la Quatrième Internationale avec des camarades du monde entier.

Robbie était membre du comité directeur fédéral du caucus socialiste du NPD.  Grâce à sa maîtrise du français Robbie a pu jouer un rôle important dans l’avancement du travail du caucus socialiste et de la Ligue pour l’Action socialiste en matière de solidarité avec la Palestine, de justice environnementale et de lutte contre la pauvreté au Québec ; sa contribution de longue date à la santé et à l’autonomie personnelle des femmes, en tant que membre de Doctors for Reproductive Choice, est inestimable. Robbie a fait l’objet d’un article dans le Journal de l’Association médicale canadienne en 1988 (” Pro-choice physician says doctors have duty to speak out “) pour son militantisme pro-choix, ce qui l’a parfois amené à effectuer des prestations alors considérées comme illégales lorsqu’il travaillait à la clinique Morgentaler à Winnipeg. Souvent il accueillait des camarades et des amis chez lui à Montréal lorsqu’ils visitaient la ville pour assister à des événements politiques majeurs, comme les grèves et les manifestations massives du mouvement étudiant québécois contre la hausse des frais de scolarité universitaires, ainsi que lors d’un congrès du Congrès du travail du Canada qui s’y est tenu en 2017.  Le dévouement désintéressé de Robbie à l’égard de l’engagement révolutionnaire était remarquablement évident dans sa participation aux réunions du Comité central de la Ligue pour l’Action socialiste dans les dernières semaines de sa vie, même après des transfusions sanguines physiquement épuisantes.

Le texte de la famille poursuit en disant que Robbie avait envisagé une carrière universitaire, terminant une thèse en sciences politiques avec un point de vue original sur la carrière politique de Mackenzie King.  Finalement, après avoir décidé qu’une carrière universitaire n’était pas pour lui, Robbie a décidé que des études de médecine lui permettraient de poursuivre son travail politique, intellectuel et militant en tant que médecin. En tant que médecin Robbie a participé à diverses luttes dans le domaine des services de santé, notamment en étudiant avec le Dr Henry Morgentaler et en s’impliquant dans la campagne pour le choix en matière de reproduction, y compris en tant que prestataire itinérant de services d’avortement dans les provinces maritimes. Robbie a décidé que la pratique médicale en groupe de médecins salariés était le meilleur modèle de prestation des services médicaux, et il a participé à des pratiques communautaires de groupe originales, à Winnipeg (Klinic), puis à Montréal (CLSC Côte des Neiges) où il a passé le reste de sa carrière.

À Montréal Robbie est resté politiquement actif dans diverses campagnes progressistes ; il a maintenu toute sa vie un engagement critique dans la gauche du NPD, et il s’est présenté aux élections (au niveau provincial) comme candidat de Québec Solidaire. Robbie s’est engagé dans la défense des droits des Palestiniens, des droits des immigrants et des services de santé, ainsi que dans la lutte contre le changement climatique, qu’il considérait comme étroitement lié au motif de profit du capitalisme.

Toute la vie personnelle et professionnelle de Robbie a été consacrée à la lutte pour un changement social progressiste dans les secteurs clés de la vie politique ; il a apporté un optimisme indestructible quant à la possibilité d’un monde meilleur, une grande énergie intellectuelle, une profonde curiosité pour le monde et ses défis, et une attente déterminée que nous devions tous faire de même.

Robbie a courageusement lutté contre le cancer pendant les deux dernières décennies de sa vie, survivant aux greffes de moelle osseuse et aux régimes de chimiothérapie sans se plaindre et avec une énorme détermination.

Tout au long de ces luttes Robbie a maintenu ses intérêts éclectiques pour la musique folklorique, le cinéma, l’art et l’histoire, partageant constamment ses idées et ses observations avec un groupe étendu d’amis et de collègues dans le monde entier. Robbie est resté très informé et conscient des nombreuses luttes pour l’égalité et la décence dans le monde entier et on pouvait toujours compter sur lui pour formuler une analyse convaincante, réfléchie et originale des événements mondiaux et de la voie à suivre. Sur le plan personnel Robbie était intelligent, drôle et jamais polarisé dans ses nombreuses discussions autour d’une bonne tasse de café dans le quartier Mile End de Montréal.

Robbie était un père et un pourvoyeur dévoué pour ses quatre filles, qu’il aimait et exaspérait tout autant.  Robbie laisse derrière lui ses quatre filles (Marie-Laure Mahood, Juliana Mahood, Marjolaine Mahood à Montréal et Meaghan Hogg en Californie), leurs enfants (Margot, Dara, Babette, Suki, Dervla et Aengus), son ancienne épouse Isidé Giuliani, ainsi que sa compagne et camarade de longue date Anita Marin et son fils Diego. Robbie est également très regretté par son unique sœur Sally Mahood et son compagnon John Conway, ainsi que par ses affectueux neveux et nièce en Saskatchewan (Liam, Aidan, Kieran et Meara Conway) et leurs familles.

La disparition de Robbie est un coup terrible pour nous tous ; il un grand ami personnel pour moi-même et pour beaucoup d’autres, et un brillant leader de notre parti.  Il est difficile de saisir l’ampleur de cette perte.  Heureusement, nous disposons de ses nombreux articles, interviews et enregistrements vidéo, dont plusieurs sont facilement accessibles via la chaîne YouTube de Socialist Action et sur www.socialistaction.ca .  La fermeté absolue de Robbie sur les principes s’accompagnait d’une grande flexibilité tactique, d’ouverture d’esprit et d’humilité et d’une suprême élégance d’expression.  En tant que médecin révolutionnaire Robbie a été pour nous un guide perspicace à travers le traumatisme des premières années de la pandémie de Covid.

C’est un moment pénible ; essayons – nous le devons – de l’illuminer avec les bons et précieux souvenirs que Robbie nous laisse – un exemple indélébile qui perdure, qui inspire tous ceux qui luttent pour un monde meilleur.  Robbie Mahood sera toujours présent dans nos esprits !

Montreal protesters rally against curfew, call for stricter public health measures  

China and the Uyghur question  

Choice is Under Attack! Women Resist from Texas to Toronto to New Brunswick  

Covid-19: Capitalism is the Virus  

COVID-19: The End Game?  

The War Measures Act, 50 Years On  

A Redder Shade of Green  

Corona Virus Pandemic – Socialist Perspective  

Canadian Revolutionaries  

The Weaponization of Anti-Semitism