Get with the Program, Andrea

When voters in Ontario, Canada‘s most populous province, go to the polls on October 6, will they reward the party with the ‘coolest’ leader, or the one with the best policies?

Andrea Horwath, Leader of the labour-based New Democratic Party of Ontario, seems to be aiming at ‘cool’, sadly at the expense of feminism. To deflect media criticism that she is keeping much of the NDP election platform under wraps, Horwath quipped “I’m a woman – I know you don’t give it up all at once.” Later, she pledged to “balance the budget on high heels”.

Many women are not amused. In any case, mildly sexist jokes are no substitute for a Workers’ Agenda. Neither is a platform that emphasizes “Making life affordable” and “Live within our means”. Instead of aspartame to make the capitalist medicine go down, working people crave an alternative. Socialist policies are that alternative.

In the first place, survival is the issue, not just ‘affordability’. The lack of secure, decent-paying jobs, the mounting debt weighing down workers, the growing scourge of homelessness and disease, against a backdrop of environmental degradation and wars of occupation, show that measures against capitalist power and privilege are sorely needed.

Capital and the rich should pay for the crises their system creates. The Ontario NDP should campaign to eliminate the HST, not just remove it from hydro and home heating. Freezing prices at the gas pump and at the transit fare box would be commendable, but should be part of a plan to nationalize Big Oil and Gas. That way mega-profits from the resource sector could be invested in green energy alternatives and adequate funding for mass public transportation.

Job creation is a top priority. It will not come primarily from concessions to small business. It will come from government action to create, or operate existing industries democratically and in the public interest. Corporate tax giveaways should be reversed, not just halted. U.S. Steel in Hamilton should be nationalized under workers’ and community control. The same should be done to bad bosses and runaway employers like IQT Solutions in Oshawa.

Health care, including drugs and eye care, should be exclusively public and non-profit. So should education. It ought to be free through university, with no public funding for private or religious schools. Universally accessible, quality education can be financed by a re-vamped, steeply graduated tax system that targets high incomes, speculators, corporate profits, and huge inheritances.

In view of deepening food, debt and ecological crises (featuring rampant floods, wild fires, drought, nuclear fall-out), now is the time to conscript big wealth for system change. ‘Balancing the budget’ on the backs of workers, farmers, women, youths and seniors is not what’s needed. Greece is our inspiration, not for its austerity measures, but for its workers fighting back. This fight is continuing across Europe, North Africa, Latin America and beyond.

Capping CEO salaries and halting the use of consultants at Queen’s Park, as the NDP demands, would be good mini-steps. But the party should be talking about slashing CEO salaries and democratizing crown corporations and government ministries. While calling for a full, public, union-led enquiry into all aspects of the June 2010 G20 Summit planning and policing, we demand a radical reduction of expenditures on policing, on weapons and surveillance equipment. Stop state litigation against indigenous peoples, unions, women’s organizations striving for justice in the work place, and climate justice seekers.

It is wonderful that Andrea Horwath and the Ontario NDP are campaigning to form a government. We may benefit from the ‘orange wave’ still rippling from the May 2 federal election tsunami. But because opinion polls show that the October 6 vote could produce a minority Conservative government, it is critical that the NDP pledge now that it will not enter into a coalition government with the Liberals, nor with any capitalist party.

The NDP, as Ontario‘s official opposition, or in government, should fight for a Workers’ Agenda, for eco-socialist measures, to make Capital pay for its crisis and for the needed environmental clean-up. It should fight to make quality education and health care a right for all Ontarions. Our task is not to make capitalism work better for the rich, but to establish a democratic socialist alternative in the interests of the vast majority.

> The article above was written by Barry Weisleder.

Gay Left Resurgence

Events in Greater Toronto Area (GTA) queer communities over the last year strongly suggest a resurgence in grassroots struggles and campaigns. Taking inspiration from the history of the earlier gay liberation movement, there is increasing resistance to the assimilationist and opportunist direction of the (largely self-appointed) LGBT ‘leadership’.

Resistance surfaced spectacularly during the run-up to Pride week (2010) last year, when Pride Toronto (PT) abjectly caved in to pro-Zionist attacks on the participation of Queers Against Israeli Apartheid (QuAIA) in the annual Pride March. Initially, Pride bureaucrats tried to impose a process where signs and slogans would be vetted in advance.

This stance produced a storm of protest, including a large community meeting of around 400 which founded the Pride Coalition for Free Speech. This first attempt at censorship was discarded. But on May 26, citing attacks on city Pride funding by right wing media and politicians, PT held a press conference to announce that any reference to ‘Israeli Apartheid’ would be banned. Outside the PT office, 150 protesters organized by QuAIA loudly demonstrated. It was an impressive turnout on short notice, on a weekday. Following the demonstration, many present and past honorees of Pride publicly declined or returned their awards. PT eventually rescinded its decision. Large contingents from both QuAIA and the free speech coalition marched in the parade.

Following Pride 2010, PT set up a ‘community consultation’ process to deflect growing criticism of its bureaucratic and high-handed practices. True to form, the process was transparently skewed so that the result would not be too embarrassing. So much so that Queer Ontario (QO) decided to boycott the process, present its own recommendations and seek to meet directly with the PT board.

This year, QuAIA decided not to march, to avoid giving city hall reactionaries and pro-Zionists a pretext to cut Pride funding (and presumably, in the event that funding was cut, to blunt any smear campaign that it was all their fault.) QuAIA didn’t march, but did unfurl a large banner from the top of the Wellesley St. subway station: “Support Palestinian Queers/Boycott Israeli Tourism.” This act enraged right wing and homophobic city councillor Giorgio Mammoliti, as did anti-apartheid signs and pro-Palestinian chants in the Dyke March the previous day. The Dyke procession is a separate event from the Pride Parade, organized by women independently. Given to clownish and demagogic stunts, Mammoliti videotaped the Dyke March, allegedly to collect ‘evidence’ to support his fund-cutting campaign!

More significantly, the previous weekend saw the first STONEWALL march, attended by at least 1000 participants. (See article in previous SA.) For years people fed up with the increasingly corporatised and bureaucratic official Pride had talked about creating an alternative event, more community-oriented and in the spirit of the original Stonewall rebellion. Since PT had vacated that weekend to move Pride to the first weekend in July, organizers seized the opportunity, drawing impressive numbers of younger people, women, transgendered people and minorities.

The most encouraging trend has been the growth and development of Queer Ontario. (Although centered in Toronto, it is a province-wide organization, and steps are planned to provide for more involvement by members across Ontario.) QO is the successor organization to the Coalition for Lesbian and Gay Rights in Ontario (CLGRO), which for 35 years waged a principled and militant struggle for queer rights, one of the major highlights being the amendment of the Ontario Human Rights Code in 1986 to include sexual orientation.

Thanks to membership growth, especially the addition of new and younger activists, QO has been able to move toward holding more public events and being more directly involved in immediate issues. One of the most important of those is support for Catholic high-school students in their struggle against the church hierarchy (and the Ministry of Education’s refusal to enforce its own policies) and in favour of the right to form Gay-Straight Alliances (GSAs) in schools. QO has been actively engaged in support of free speech at Pride and the push for community control. On August 28, 2011, the fortieth anniversary of the first gay demonstration on Parliament Hill, QO is organizing an updated repeat rally in Ottawa under the slogan “We (Still) Demand” (the original demonstration’s theme was “We Demand”.)

Queer Ontario to date has been, and is, everything operations like Pride Toronto are not — democratic, inclusive, independent, and with a liberationist perspective. Its independence is illustrated by its insistence on holding accountable the Ontario Liberal government’s Ministry of Education for refusal to enforce its own policies on GSAs, where others argue for the bankrupt ‘lesser-evil’ politics of taking a soft line on the Liberals lest the more right wing Conservatives win the next election. QO offers the kind of leadership needed to spark a renewal of queer liberation. 

> The article above was written by John Wilson.

Ontario Mega-Quarry arouses opposition

An application to dig the largest quarry in Canadian history (and the second largest in North America) in prime agricultural land near Toronto has aroused widespread opposition.

According to rabble.ca, the quarry would stretch over 2,300 acres and dip 200 feet below the water table – making it deeper than Niagara Falls. Located at the headwaters of important river systems in Melancthon, Ontario, the proposed gravel “mega-quarry” would pump out 600 million litres of water every day, raising important concerns about its effects on the local water supply.

The operation would also see 150 loaded trucks leave the quarry every hour to travel down local roads. This would inevitably create dust, noise and safety problems for local residents.

One would think that such an unprecedented project would attract rigorous government scrutiny. However, that is not the case. Rather than proceeding through a full-scale environmental assessment under the auspices of the Ontario Ministry of Environment, the application is currently being reviewed under the laxer and less environmentally-focused standards of the Ministry of Natural Resources. This is an easier process for the project owner, The Highland Companies, and the U.S. hedge fund behind it, but one that will fail to fully consider the effects of the quarry on the people and natural life to be forced to live with it.

In response, the local community is mobilizing, and has drawn attention to the quarry in high places. The Leader of the labour-based Ontario New Democratic Party, Andrea Horwarth, plus the Council of Canadians and a host of local politicians have condemned the project. The famed David Suzuki Foundation expressed serious concerns. Grassroots organizing included a five-day march from the provincial legislature in Toronto to Melancthon by 200 concerned citizens. It began, appropriately, on April 22, Earth Day 2011.

Socialists propose an immediate cancellation of the mega-quarry approval process, and urge all concerned Ontarians to add their voice in opposition to this environmentally, economically and socially destructive project.

> The article above was written by Eric Kupka.

Battons les Conservateurs de Stephen Harper au Parlement de la rue

Bon ou mauvais? Le 2 mai a propulsé le Nouveau Parti démocratique basé sur les syndicats à la deuxième place, soit l’opposition officielle, produisant ainsi des gains historiques. C’est une bonne chose.


Mais le décompte total de sièges a permis aux Conservateurs de gagner une majorité parlementaire. Ce qui n’est pas bon.

Alors, quelle est la conclusion? Sommes-nous dans une période d’attente de quatre ans, condamnés à être témoin de la destruction lente d’un siècle de gains sociaux? Non, si nous choisissons de résister.

En fait, les personnes atteintes de déprime post-électorale devraient reprendre courage. Le mouvement ouvrier à travers l’État canadien a rarement eu une meilleure opportunité de saisir l’occasion, d’arrêter l’hémorragie et de prendre en charge la situation. Considérons ce qui suit:


1. La majorité de Stephen Harper est le produit artificiel d’un système électoral antidémocratique. Remportant seulement 39,5% des suffrages exprimés, moins d’un quart de l’électorat total, Harper n’a pas de mandat pour mener à bien son programme anti-ouvrier brutal. Alors que sa nomination de trois candidats conservateurs défaits  au Sénat démontre que son arrogance est intacte, Harper est un tigre de papier. Il peut être arrêté. De toute évidence, il faudra des actions politiques et économiques ouvrières de masse, en commençant avec le soutien actif de la lutte des travailleurs et des travailleuses des postes contre les concessions. Mais le point essentiel demeure: l’ordre du jour conservateur peut être arrêté.

2. L’élection fédérale du 2 mai a mis de côté le «vote stratégique», la mise sur pied d’un gouvernement bourgeois de coalition et toute discussion sur une fusion entre le NPD et les Libéraux. Ces exemples flagrants de collaboration de classe , qui peuvent seulement créer de la confusion et diviser la classe ouvrière, ne sont plus à l’ordre du jour pour quatre ans et espérons le pour toujours. Mais le «gouvernement en attente» du NPD doit prouver qu’il est capable de gouverner dans l’intérêt de la classe ouvrière, des petits agriculteurs, des nationalités opprimées, des femmes, des jeunes et des personnes âgées.

3. Les gains spectaculaire du NPD au Québec sont très significatifs, mais aussi très fragiles. Les attentes nationalistes des Québecois-es sont élevées. Elles sont reprises par les jeunes voix parmi les 59 députés du NPD au Québec. Les engagements positifs du NPD pour faire du français la langue de travail dans les entreprises sous réglementation fédérale à l’intérieur du Québec, et de respecter un vote futur pour la souveraineté, ont alimentés ces attentes. Ainsi le chef du NPD Jack Layton est monté sur un taureau. Il peut l’apprivoiser ou il peut se faire ruer par lui. De plus, la nouvelle situation politique a érigé un pont entre les mouvements ouvriers des deux nations. La lutte du Syndicat des travailleurs et des travailleuses des postes lors des négociations collectives peut être le baromètre de l’unité pancandienne des travailleurs et des travailleuses contre la classe capitaliste canadienne et son ordre du jour anti-ouvrier.

4. Nous pouvons aujourd’hui remplacer la retraite syndicale des 30 dernières années avec une résistance de masse contre l’ordre du jour des grandes entreprises. Les conditions objectives pour un revirement sont réunies. Le principal obstacle à la résistance dont nous avons besoin, c’est la direction pro-capitaliste de nos syndicats et du NPD. Au sommet de ces deux organisations on retrouve le même groupe de bureaucrates privilégiés. Ils ont fait ramer le bateau surtout dans un sens – par en arrière – depuis plus d’un quart de siècle. Pour changer le cours, la bureacratie de droite doit être éjectée. Pour que cela arrive et pour tout espoir d’un changement de direction, nous avons besoin d’intensifier la construction d’une opposition de lutte de classe à l’intérieur des syndicats et du NPD. D’un petit gland pousse un grand chêne.

5. Une opposition de lutte de classe est basée sur un programme clair et un solide ensemble de principes reflétant les besoins concrets de la grande majorité de la population. Le Caucus Socialiste du NPD , fondé en 1997, avec plus de 500 partisans à travers le pays, est basé sur le Manifeste pour un Canada socialiste. Il est élaboré et amplifié par l’ensemble des résolutions adoptées lors de ses conférences annuelles au cours des 14 dernières années. L’engagement du CS à lutter pour la propriété publique des secteurs prédominants de l’économie, sous le contrôle démocratique des travailleurs et travailleuses et des communautés, afin de faciliter la transition vers l’efficacité énergétique verte à tous les niveaux, de l’industrie et du chauffage résidentiel jusqu’au transport en commun, en est un exemple puissant.

Le programme de la Coalition pour la Solidarité Ouvrière et la Démocratie Syndicale (Workers Solidarity and Union Democracy Coalition), fondée en 1991, et relancée en 2005, fournit un autre bon exemple. Il  défend les points suivants: 1.Résister aux concessions syndicales et aux reculs sociaux. 2. Soutenir les luttes pour la démocratie syndicale, rendre les syndicats plus accessibles, plus responsables, transparents et participatifs. 3. Reprendre nos syndicats et les transformer en organisations de combat. 4. S’appuyer sur nos propres forces, et renouveler ou créer nos propres organisations, de bas en haut, pour lutter pour les intérêts de la classe ouvrière et contre les profits et le pouvoir des grandes entreprises.

Les principes de fonctionnement auxquels Solidarité Ouvrière et le Caucus Socialiste du NPD se sont engagés sont essentiellement ceux de l’historique Commune de Paris de 1871, le premier gouvernement ouvrier dans l’histoire du monde: la démocratie directe, la représentation proportionnelle de tous les courants d’opinion, le droit des membres de la base de révoquer et de remplacer les représentants élus, et la règle selon laquelle les titulaires d’une fonction ne doivent pas être payés plus cher que ceux et celles qu’ils représentent.

Ce n’est pas tout le monde qui appartient à un syndicat, ni tout le monde  qui est capable de se joindre à ou de former un syndicat. Mais tous, indépendamment de leur citoyenneté ou de leur statut, peuvent adhérer au NPD basé sur les syndicats et peuvent soutenir la lutte du Caucus Socialiste pour que le NPD se tourne résolument vers la gauche. Ce qui importe est le processus, la lutte elle-même, et non dans quelle mesure le parti tourne à gauche. La plupart des travailleurs et des travailleuses ordinaires qui adhèrent à un parti basé sur les syndicats ne s’incrivent pas juste pour devenir des cheerleaders pour le chef. Nous adhérons au NPD pour la même raison que nous nous affilions à un syndicat – pour faire avancer nos intérêts de classe.

Sans les syndicats, le NPD n’existerait pas. C’est pourquoi le parti appartient à la classe ouvrière, non pas à Thomas Mulcair ou Jack Layton, ni à Brad Lavigne, pas plus qu’à la famille Lewis. Le NPD appartient à ses membres cotisants, à ses syndicats affiliés, à ses 100.000 membres, à ses 4.5 millions d’électeurs. Nous demandons simplement que le NPD serve les intérêts de sa grande base sociale et non le système d’exploitation et d’oppression qui est au service d’une minuscule élite capitaliste. C’est la lutte au sein de nos syndicats et au sein du NDP basé sur les syndicats qui décidera de la forme de la lutte contre l’austérité capitaliste et la guerre. La lutte actuelle décidera de l’ensemble des rapports des forces de classe.

Il y a un point sur lequel il vaut la peine d’insister à nos amis à travers la gauche indépendante: C’est le temps de prendre position, de mettre de côté les abstractions académiques, et de dépasser les campagnes de petites activités secondaires. La voie pour influencer les 4.5 millions d’électeurs néo-démocrates se trouve dans la lutte contre les dirigeants pro-capitalistes envers lesquels des millions de personnes ont des illusions. Notre tâche n’est pas de soutenir la direction actuelle, mais de la défier, en particulier au sein des organisations de masse de la classe ouvrière. Seules ces organisations de masse ont la capacité d’éduquer et de mobiliser des millions de personnes. Nous devons nous efforcer de gagner ces organisations à l’action de masse contre les attaques des dirigeants et en faveur de politiques socialistes qui peuvent donner forme à une alternative au désastre économique et environnemental en cours qu’est le capitalisme mondial.

Le 2 mai a marqué le début d’une situation nouvelle, pleine de nouvelles possibilités qui font chaud au cœur à tout travailleur et travailleuse. Alors que les dirigeants du Congrès du Travail du Canada nous disent «d’attendre quatre ans pour remplacer le gouvernement», tout en fusionnant les conseils syndicaux pour les rendre encore plus éloignés des syndicalistes locaux, nous n’avons pas besoin d’être liés à leurs exigences. Lorsque Jack Layton dit qu’il veut être «plus une proposition qu’une opposition», nous ne devons pas avaler cette pilule. La tâche des socialistes, des radicaux et des militants ouvriers est de s’unir derrière les travailleurs et les travailleuses des postes, pour soutenir les revendications des Québécois et des peuples autochtones pour la libération nationale, pour demander de l’argent pour les emplois, pour la conversion de l’énergie verte, non pas pour les prisons, les avions de chasse et les guerres impérialistes d’occupation.

Ensemble, nous pouvons prouver que le gouvernement le plus à droite dans l’histoire canadienne est un tigre de papier. Nous pouvons montrer qu’il peut être emporté par une forte vague de lutte de classe. Forçons les dirigeants  syndicaux à diriger la lutte, ou sinon d’être éjectés de leur poste. Cela implique la construction d’une aile gauche militante et bien organisés dans les syndicats et le NPD. C’est maintenant le temps. Joignez-vous à nous.

> par Barry Weisleder

Tirons parti des acquis historiques du NPD

Les électeurs au Canada ont fait l’histoire le 2 mai quand ils ont propulsé le Nouveau Parti démocratique basé sur les syndicats vers le statut d’opposition officielle. Le Parti Libéral, l’ancien parti majeur de la domination bourgeoise, a été relégué à une troisième place distante. Son chef, Michael Ignatieff, a perdu son propre siège à Toronto et a démissionné comme chef du parti. Malgré une simple augmention de1,8 pour cent de leur part du vote, les Conservateurs de l’autocrate de droite Stephen Harper ont obtenu une majorité de sièges.

L’élection a produit un réalignement fondamental des forces qui a anéanti toute intention d’une coalition parlementaire. Les électeurs ont mis de côté les plans de collaboration de classe pour un «vote stratégique». La nouvelle polarisation gauche-droite a fait du NPD un gouvernement en attente, avec l’obligation pour le parti de démontrer qu’il représente un changement réel pour la classe ouvrière.

Depuis toujours à la quatrième place, les Néo-démocrates ont monté dans le nouveau Parlement jusqu’à la deuxième place avec 103 sièges, avec l’appui de 31 pour cent des suffrages exprimés. Les Conservateurs ont obtenu 167 sièges et 39,5 pour cent des voix. (Sur les 308 sièges de la Chambre des communes, 155 représente la majorité.)

Les Libéraux ont subi une cuisante défaite, ne remportant que 34 sièges (contre 77 député en 2008, et 103 en 2006) et 23 pour cent des voix. Le Bloc québécois nationaliste bourgeois a presque disparu. Il n’a conservé que 4 sièges (une chute considérable par rapport à 47). Son chef Gilles Duceppe, a perdu aussi dans sa circonscription et a rapidement démissionné. Le Parti Vert capitaliste a remporté son premier et seul siège, pour la cheffe Elizabeth May en Colombie-Britannique, en dépit d’avoir attiré plus de 4 pour cent des votes à travers le pays. De telles distorsions sont un argument de taille pour le remplacement du système uninominal majoritaire archaïque et de type britannique, par un système de représentation proportionnelle et directe.

Ce résultat, aussi imparfait soit-il, exprime toujours un changement radical. Les gains stupéfiants réalisés par le NPD basé sur les syndicats, ont presque doublé sa part du vote, plus que triplé son nombre total de sièges à une hauteur historique et ont donné au NPD fédéral le statut d’opposition officielle  pour la première fois dans l’histoire. Ceci arrive cinquante ans après la naissance du parti issu du partenariat entre le Cooperative Commonwealth Federation et le Congrès du Travail du Canada.

En termes de politique de classe, la percée électorale du NPD met un obstacle sur le chemin de la machine de l’austérité capitaliste. «La vague orange» soulève les espérances de la classe ouvrière pour des temps meilleurs dans une situation de polarisation économique croissante au milieu de l’émiettement des infrastructures physiques et sociales. Mais la réalisation de ces espoirs dépend de la lutte des classes en dehors du Parlement, avec laquelle le NPD peut et doit être totalement identifié et impliqué.

Les experts conservateurs saluent la montée de 24 sièges par le Parti Conservateur, aidée par une petite augmentation dans les sondages et par l’effondrement des Libéraux et du Bloc Québécois, comme une avancée majeure qui a accouché d’un gouvernement majoritaire à leur troisième tentative en cinq ans. Sur cette base, le parti de Stephen Harper (un amalgame de l’ancienne droite radicale du Parti réformiste et les restes réactionnaire du Parti progressiste-conservateur détruit) revendique un mandat fort pour plus de prisons, d’avions à réaction et d’austérité. La demande, cependant, est tout à fait exagérée, et peut être brisée si elle est défiée dans la rue et sur les lieux de travail. Le gouvernement le plus à droite dans l’histoire du Canada pourrait se révéler n’être qu’un tigre de papier lors d’une forte vague de lutte des classes, si seulement la direction des syndicats assume ses responsabilités.

Alors, pourquoi un changement soudain? Après un départ somnolent, la campagne s’est enflammée autour des débats télévisés des chefs de parti en anglais et en français. La révulsion populaire au sujet du statu quo, combinée avec un mécontentement plus large concernant l’intimidation des Conservateurs et les promesses recyclées des Libéraux, a atteint le point de rupture. Les tentatives cyniques de cibler les électeurs «ethniques», de diaboliser l’opposition, et d’obscurcir les questions cruciales ont produit des effets inégaux. Des mois d’annonces avec des attaques politiques malveillantes par les deux principaux partis capitalistes ont usé les loyautés dans les deux camps, tout en irritant beaucoup de non-partisans. «Les votes de foules», organisé par les médias sociaux pour éduquer les jeunes ont contribué à stimuler la participation. Ils ont rassemblés des milliers de jeunes à l’idée d’un changement politique, injectant un élément d’excitation dans le processus. Le taux de participation pour l’élection était de 61,4 pour cent, une hausse par rapport au creux historique de 58,8 pour cent en 2008.

Mais le plus grand facteur de changement était sans doute le dégoût populaire avec le gel des salaires, la diminution des pensions, la réduction progressive des prestations sociales, et la disparition de centaines de milliers d’emplois à temps plein. Alors que les riches sont devenus plus riches par les réductions d’impôt et les primes obscènes des PDG, et en pillant les trésors de la nature, pour le reste d’entre nous la colère monte en regardant notre niveau de vie s’effondrer.

En même temps, le NPD doit être crédité pour ses gestes positifs. Jack Layton, contrairement à ses prédécesseurs, a fait campagne ouvertement pour former un gouvernement, non seulement pour gagner «quelques sièges de plus». Il a lutté pour renverser les gigantesques cadeaux des Conservateurs et des Libéraux aux grandes entreprises. Il a promis que les plus hauts revenus parmi les riches paieraient pour de meilleurs soins de santé, l’amélioration des pensions et l’accès aux études post-secondaires. Les points d’impôts du NPD (malgré leurs limites) résonnaient si bien dans la population que les Libéraux  les ont presque copié.

Mais le geste le plus habile de Layton fût d’exploiter les sentiments de gauche de l’électorat québécois. Les Québécois francophones, en particulier les travailleurs, ont une conscience collective façonnée par l’oppression nationale et une aversion intense envers les structures de l’État canadien. Pour une fois la base anglo-canadienne du NPD a pris ça en compte.

Après des années de tergiversations et de revirements de politique, Layton a affirmé qu’il abrogerait l’antidémocratique Loi sur la clarté, qu’il reconnaîtrait une déclaration d’indépendance du Québec après un référendum victorieux sur la souveraineté, et qu’il soutiendrait le fédéralisme asymétrique. Cela signifie que le Québec sera considéré comme une nation, et non pas seulement comme une autre province dans la Confédération. Il comporte une garantie que le Québec n’aura pas moins d’un quart des sièges au Parlement après redistribution.

Le chef du NPD s’est engagé à veiller à ce que le français soit la langue de travail dans les industries sous réglementation fédérale au Québec, tels que les chemins de fer et les banques. Layton a promis de se battre pour des règles qui exigeraient que les futurs juges nommés à la Cour suprême parlent couramment le français. Il a promis de soutenir les efforts pour mettre le holà à l’échappatoire qui permet aux élèves des écoles privées anglophones au Québec de contourner la loi 101 sur la langue et, après quelques années, d’être transférés vers les écoles de langue anglaise financées publiquement.

Alors qu’il est faux de voir les gains massifs du NPD au Québec comme marquant la fin du mouvement souverainiste, ils reflètent une déconnexion des Québécois indépendantistes de la stratégie et des politiques économiques du Parti et du Bloc Québécois capitalistes. Le changement peut être le présage de gains importants pour la gauche souverainiste de Québec Solidaire au prochain scrutin provincial.

Pendant ce temps, la majorité du caucus parlementaire néo-démocrate, 59 députés sur 103, est composé de Québécois francophones. Un a 19 ans, un autre est un ancien candidat communiste, et la plupart sont de forts nationalistes québécois totalement inconnus à l’appareil fédéral du parti. Jack Layton peut, ou ne pas réussir à dompter ce corral de tigres.

Comme c’est souvent le cas, dans les médias commerciaux, les personnalités prennent le dessus sur le contenu politique. La fixation des médias sur les atouts et les points faibles présumés des hommes politiques avantage généralement les partis bourgeois. Cette fois, c’est l’effet inverse. Plusieurs comédiens gagnent bien leur vie en ridiculisant Stephen Harper comme un individu à la discipline stricte, sans cœur et sans humour, et en présentant Michael Ignatieff comme un opportuniste dévoré d’ambition en congé temporaire d’une tâche d’enseignement à l’université Harvard. Jack Layton, un survivant du cancer de la prostate qui marchait pendant la campagne électorale avec une canne en raison d’une chirurgie récente à la hanche, est apparu comme un gars sincère, honnête et sympathique qui «n’abandonnera pas tant que le travail ne sera pas fait». Néanmoins cette approche superficielle de la politique peut mordre, tout comme elle peut nourrir, les promoteurs du progrès social.

Tout aussi dangereuse est la tendance à exagérer les maux des Conservateurs pour tenter de justifier un vote «stratégique»  pour les Libéraux, ou pour promouvoir la formation d’un gouvernement de coalition bourgeois. Bien que ces stratagèmes n’aient pas réussi à prendre racine, la haute direction du NPD est son pire ennemi à cet égard.

Lorsque Jack Layton a déclaré à Peter Mansbridge de la CBC que la principale différence entre le NPD et le Parti libéral, c’est que les libéraux n’ont pas tenu leurs promesses et que le NPD est plus digne de confiance, il a eu tort. La différence est en fait assez profonde. Les dirigeants d’entreprises ne soutiennent tout simplement pas le NPD. Ce n’est pas un accident. Pour eux c’est une  question de classe, incarnée dans les liens du NPD avec le mouvement syndical au Canada anglais.

Le commentaire de Layton était un triste aveu des illusions nourries par la direction actuelle du parti. En outre, il souligne la tâche qui nous attend en tant que travailleurs, pauvres, étudiants, aînés et jeunes. Cette tâche consiste à remplacer les politiques du NPD copiées sur celles des Libéraux avec des politiques socialistes pour répondre aux besoins de la grande majorité de la population.

Dès le début, le chef du NPD s’est excusé d’anticiper la mise en oeuvre des politiques néo-démocrates. Des investissements dans le transport rapide, le logement social et les infrastructures urbaines seraient subordonnés à des revenus anticipés d’une nouvelle taxe de plafonnement et d’échange sur le carbone (une mauvaise politique environnementale dans tous les cas). La proposition de doubler les prestations du Régime de pensions, et le promesse tant vantée de former de nouveaux médecins dépendraient de la «coopération des provinces».

Au lieu de cela, Layton devrait insister sur la taxation des riches, la réduction des dépenses militaires, et la transformation des monopoles privés éco-nuisibles en propriété publique, des industries vertes gérées démocratiquement sous le contrôle des travailleurs et des communautés. Nous devons commencer avec le pétrole, l’automobile, les mines et les banques. Utilisons leurs milliards pour répondre aux besoins de millions de personnes.

De toute évidence, la droite a fait des progrès en se déplaçant encore plus vers la droite. La gauche, pour faire des gains, doit se déplacer encore plus vers la gauche. Non seulement en paroles, mais en actes.

Ce qui signifie défier la bureaucratie pro-capitaliste des syndicats et la direction du NPD. Ça veut dire aussi s’opposer à tout pourparler de fusion du NPD  avec le parti Libéral, ou toute coalition pour un gouvernement avec un parti capitaliste. Dans une coalition bourgeoise, le NPD aurait à porter le chapeau de la guerre à l’étranger et de l’austérité à l’intérieur. Une fusion avec les Libéraux diluerait davantage le programme du NPD. Au lieu de cela nous avons besoin d’un gouvernement néo-démocrate engagé vers des politiques socialistes. C’est ce que bon nombre des milliers de nouveaux membres qui sont susceptibles d’affluer dans le parti des travailleurs nouvellement dynamique chercheront.

Les gains historiques du NPD  font maintenant que le temps est venu d’intensifier la lutte pour un ordre du jour des travailleurs et un gouvernement ouvrier. En pleine période d’une montée des espoirs et des attentes, la gauche socialiste peut s’organiser pour obtenir une écoute plus grande que jamais pour un programme axé sur la lutte des classes à l’intérieur des syndicats et du NPD. Ne cherchez pas d’excuses. Faites des vagues. Devenez membre du Caucus Socialiste du NPD et luttez pour des politiques socialistes au congrès fédéral du NPD à Vancouver du 17 au 19 juin.

> par Barry Weisleder

Ligue pour L'Action Socialiste